Pourquoi est-ce une « Roue » de couleur et Non une « Ligne » de Couleur?

X

Confidentialité&Cookies

Ce site utilise des cookies. En continuant, vous acceptez leur utilisation. En savoir plus, y compris comment contrôler les cookies.

Je l’ai!
Publicités

This blog post was published in May of 2012 on EyeMath. It is being migrated to this blog, with a few minor changes.

J’ai récemment discuté des algorithmes de couleur avec un collègue de Visual Music Systems.

Nous avons parlé du modèle teinte-saturation-valeur, qui représente la couleur de manière plus intuitive pour les artistes et les designers que le modèle rouge-vert-bleu. La composante « teinte » s’explique facilement en termes de roue chromatique.

Depuis que j’ai appris la roue chromatique en classe d’art quand j’étais jeune, j’avais l’impression que les couleurs étaient cycliques; périodiques. En d’autres termes, lorsque vous parcourez la série de couleurs, elle se répète: rouge, orange, jaune, vert, bleu, violetand puis redevient rouge. Vous pensez peut-être, oui bien sûr’s c’est ainsi que fonctionnent les couleurs. Mais maintenant j’ai une question

Pourquoi?

Considérons cinq domaines qui peuvent servir de base à l’invention d’une théorie des couleurs :

(1) la physique de la lumière, (2) la rétine humaine, (3) le cerveau humain, (4) la nature du pigment et de la peinture, et (5) la communication visuelle et les conventions culturelles.

(1) En termes de physique de la lumière, le spectre électromagnétique a une bande visible à l’œil humain avec du violet à une extrémité et du rouge à l’autre. Au-delà du violet est l’ultraviolet et au-delà du rouge est l’infrarouge. Une fois que vous êtes hors du spectre visible, il n’y a plus de retour. Il n’y a pas de roues dans le spectre électromagnétique.

(2) En ce qui concerne la rétine humaine, nos yeux peuvent détecter différentes longueurs d’onde de la lumière. Il semble que notre système de vision des couleurs intègre deux schémas: (1) trichromatique (rouge-vert-bleu) et (2) le processus adverse (rouge vs vert, bleu vs jaune, noir vs blanc). Je ne vois rien qui me porterait à croire que la rétine « comprend” les couleurs de manière périodique, comme représenté dans une roue chromatique. Cependant, il se peut que la rétine « encourage” ce modèle à être inventé dans le cerveau humain

(3)En ce qui concerne le cerveau, nos représentations internes de la couleur ne semblent pas être basées sur le spectre électromagnétique unidimensionnel. D’autres facteurs sont plus susceptibles d’avoir une influence, tels que la physiologie de la rétine et la façon dont les pigments peuvent être mélangés physiquement (une activité humaine remontant à des milliers d’années).

(4) Le pigment et la peinture sont des matériaux très physiques que nous manipulons (en utilisant la couleur soustractive), constituant ainsi une forte influence sur la façon dont nous pensons et classons la couleur.

(5) Enfin : communication visuelle et culture. C’est dans ce domaine que la roue chromatique a été inventée, encouragée par les propriétés de mélange des pigments, la physiologie de la rétine et les processus mathématiques formulés dans notre cerveau. (Je devrais mentionner une autre influence: la technologiesuch comme les affichages graphiques par ordinateur).

Rouge-Vert-Bleu

Considérons le modèle rouge-vert-bleu, qui définit un espace colorimétrique 3D – souvent représenté sous la forme d’un cube. Il s’agit d’une forme courante du modèle de couleur additive. Dans le volume du cube, on peut tracer un cercle, ou un hexagone, ou tout autre chemin cyclique que l’on souhaite tracer. Ce chemin cyclique définit une représentation des couleurs périodique (une roue chromatique). Un volume donne des formes 2D, tracées sur des plans qui découpent le volume. C’est un processus de réduction des dimensions.

Mais le spectre de l’électroaimant est UNIDIMENSIONNEL. La base physique de la lumière colorée ne peut pas donner un espace colorimétrique de dimension supérieure. Le modèle rouge-vert-bleu (ou tout espace multidimensionnel) ne pourrait donc pas provenir de la physique de la lumière.

LES HUMAINS ONT-ILS INVENTÉ LE VIOLET POUR COLLER LE ROUGE ET LE VIOLET ENSEMBLE?

Une autre théorie quant à l’origine de la roue chromatique est la suivante: la roue chromatique a été créée en prenant les deux extrémités du spectre visible et en les reliant pour former une boucle (et en ajoutant du violet pour former un lien conjonctif). Je viens d’apprendre que le violet n’est PAS une couleur spectrale (bien que « violet” soit:) Le violet ne peut être fait qu’en combinant le rouge et le bleu. Voici une explication de Deron Meranda, dans une pièce intituléePURPLE

« VIOLET: LA FAUSSE COULEUR – OU, QU’EST-CE QUI SE TROUVE VRAIMENT À LA FIN D’UN ARC-EN-CIEL? »

Et voici une page sur la façon dont le violet est construit dans la rétine: COMMENT LE VIOLET PEUT-IL EXISTER?

L’esprit humain et la société humaine ont-ils imposé la circularité sur le spectre des couleurs afin de le contenir? Cela a-t-il été encouragé par la physiologie de nos yeux, dans laquelle différentes longueurs d’onde sont perçues et mélangées (cartographie d’un espace colorimétrique unidimensionnel à un espace colorimétrique de dimension supérieure)? Ou pourrait-il s’agir davantage de l’influence des pigments et de la technologie séculaire du mélange des peintures?

La roue chromatique pourrait-elle être un mélange métaphorique entre le spectre des couleurs et le comportement de mélange des pigments?

Des questions similaires peuvent être appliquées à de nombreux concepts mathématiques que nous tenons pour acquis. Nous comprenons le nombre et la dimensionnalité en raison de la façon dont nos corps et leurs sens cartographient la réalité aux représentations internes. Et cela influence en fin de compte la culture et la langue, et la façon dont nous discutons des choses – comme la couleur – qui influence les algorithmes que nous concevons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.