PISSENLIT

Il existe plus de 240 pissenlits différents. Ils sont divisés en 9 sections, qui peuvent fleurir à des moments différents.

La section Ruderalia avec 121 membres a de grandes fleurs, fleurit de janvier à décembre, et est le pissenlit commun des prairies, des bords de route et des endroits herbeux.

Section Erythrosperma avec plus de 30 membres fleurit d’avril à juin, et sont généralement les pissenlits les plus petits et les plus fins. Préférant les endroits chauds et secs et ensoleillés, l’habitat est les prairies de craie, les landes et les dunes de sable.

La section Celtica avec 35 membres préfère les prairies humides.

La section Hamata avec 18 membres est très mauvaise herbe. Les feuilles sont accrochées à la pointe.

Section Naevosa avec 12 membres préférant les régions du nord et de l’ouest. Les feuilles ont de nombreuses taches sombres.

La section Taraxacum à 6 membres préfère les montagnes et a des feuilles vert vif.

La section Palustrie à 4 membres présente des bractées apparentes à bord pâle sous les fleurs.

La section Spectabilia à 3 membres préfère les sols acides humides sur les collines.

La section Obliqua à 2 membres a des fleurs profondes ou jaune orangé préférant les régions côtières.

Lookee-Likees: Un grand nombre d’autres pissenlits, environ 250.

Ressemblance superficielle avec: Oreilles de chat, Éperviers, Éperviers, barbes de faucon, mais ceux-ci ont généralement des tiges ramifiées à la fois velues et des feuilles d’ours.

Caractéristiques uniques identifiables: Elles ont toutes des tiges simples non ramifiées et creuses qui sont sans feuilles et qui dégagent une sève ou un latex laiteux à la rupture. Elles sont toutes basses, avec une rosette basale de feuilles longues et généralement lobées, et le capitule est toujours jaune ou orange jaunâtre. Le pissenlit est le seul membre jaune de la famille des pissenlits & à avoir une tige creuse.

Entre les plus de 250 variétés différentes de pissenlit, il y en a toujours au moins une qui est en fleur à la fois. C’est-à-dire qu’entre eux, ils fleurissent toute l’année. Mais il y a une accalmie autour des hivers froids où aucun pissenlit n’est en fleur. C’est très souvent en l’absence de tout pissenlit en fleur en février et mars que vous pouvez repérer les premières fleurs du Pied de Poulain, qui a des fleurs de type pissenlit, mais les pétales sont beaucoup plus fins, ce qui serait autrement difficile à repérer parmi la myriade de pissenlits. Fleurs de pied de poulain au moins 3 semaines plus tôt que les pissenlits.

Une observation d’un ami est que, entre eux, les Pissenlits et les Marguerites semblent se prendre à tour de rôle pour étouffer les champs, une année pleine de Marguerites, les prochains Pissenlits. Il se peut que les deux porte-greffes soient présents dans le sol au début de l’année, et que celui qui arrive à dominer au printemps dépende du temps particulier présent lors des semaines de croissance respectives des fleurs. S’il fait chaud lorsque les marguerites souhaitent pousser ou se refroidit lorsque les pissenlits souhaitent pousser, les marguerites peuvent gagner cette année-là, ou vice versa. Quel que soit le premier qui domine, l’autre se soumettra à l’ombre. Bien sûr, il peut également y avoir des phyto-produits chimiques de signalisation impliqués, l’un supprimant la croissance de l’autre.

Bien qu’il n’y ait qu’une seule fleur au sommet de chaque tige sans feuilles, il peut y avoir de très nombreuses tiges provenant d’une seule rosette basale de feuilles. Astucieusement, ils ne se lèvent pas tous en même temps, mais font profil bas au milieu de l’herbe et se relaient pour pousser, surtout juste après la tonte, de sorte qu’il y a toujours une tige prête à semer lorsque le jardinier n’est absent qu’une journée!

Personne n’a jamais vu un pissenlit où la moitié de la fleur est des pétales jaunes et l’autre moitié une horloge à graines. La métamorphose de la fleur en graine est si secrète et soudaine que certaines personnes pensent qu’il s’agit de deux plantes différentes! Un jour, la fleur se referme pour la nuit une dernière fois, enveloppée par ses sépales, et le matin s’ouvre miraculeusement comme une horloge à graines.

Les racines peuvent être séchées, moulues et torréfiées pour en faire un substitut de café sans caféine, vendu sous forme de café de pissenlit par divers magasins de santé.

Une boisson très intéressante peut être préparée avec du Pissenlit et de la bardane vendus sous le nom de « Pissenlit&Bardane » par le seul bar de Tempérance restant en Angleterre, qui réside à Rawtenstall, Lancashire. Il semble illégal de fabriquer du pissenlit et de la bardane à la maison, ce qui est peut-être dû aux alcaloïdes pyrrolizidiniques hépatotoxiques présents dans la bardane que le brasseur peut incorporer sans discernement dans le breuvage.

Le surnom de pissabed est dû à l’effet diurétique après avoir bu des potions.

Un proche parent du Pissenlit, le Pissenlit russe (Taraxacum kok-saghyz) alias Racine de caoutchouc (qui est un pissenlit jaune non originaire du Royaume-Uni) et qui était autrefois récolté pendant la seconde Guerre mondiale pour le latex laiteux qu’il produit. Ce latex peut être utilisé comme substitut au latex de caoutchouc qui était rare pendant la guerre. Mais à mesure que le latex laiteux s’infiltre des tiges, il se polymérise rapidement en une substance beaucoup plus visqueuse, il a donc dû être utilisé rapidement. Il a maintenant été génétiquement modifié de sorte que l’enzyme responsable de la polymérisation rapide est désactivée, et il produit également jusqu’à cinq fois plus de latex. On espère que le latex sera utilisé pour remplacer le latex de caoutchouc des arbres, qui succombent à une infection fongique dans de nombreuses régions du monde où les hévéas sont récoltés pour leur latex. Cette plante produit également un sucre sans danger pour les diabétiques appelé inuline qui peut également être récolté.

APOMICTS / APOMICTIC /AGAMOSPERMIC/AGAMOSPECIES

Les pissenlits ont tous plusieurs dizaines d’espèces, parfois des centaines. Elles sont toutes apomictiques (ou reproduction agamospermique-asexuée par graines), capables de produire des graines viables sans autofécondation ni fécondation croisée et sont entièrement d’origine femelle. Les plantes qui poussent à partir de ces graines sont des clones, des copies identiques d’elles-mêmes. De nouvelles espèces à ajouter à l’essaim hybride ne peuvent se former que par mutation (ce qui se produit beaucoup moins fréquemment). Au fil du temps, ce processus se traduit par un large éventail de micro-espèces hybrides, la plupart ressemblant beaucoup. Toutes ou la plupart des espèces de pissenlit sont des hybrides qui reproduisent des clones de manière asexuée – seule une poignée se reproduit par voie sexuelle.

Les apomictes se reproduisent sans pollen. Cependant, un peu paradoxalement, environ la moitié des espèces de pissenlits produisent du pollen et une autre moitié différente, qui se chevauche en partie, produit du nectar. La plupart des pissenlits sont des apomictes, même si certains produisent du pollen qui ne peut pas être utilisé par les autres pissenlits pour la reproduction. Les apomictes de pissenlit produisent des graines viables (bourne de vent) – mais sans avoir besoin ni utiliser de pollen; c’est ainsi qu’ils se propagent. Tout pollen produit est un gaspillage de ressources végétales; les apomictes ne peuvent pas en faire usage. Cependant, il y a quelques rapports de quelques hybrides de pissenlit, ce qui signifie qu’une utilisation très limitée du pollen se produit.

LACTONES SESQUITERPÉNIQUES

Le pissenlit contient l’allergène Acide taraxinique, une autre lactone Sesquiterpénique, qui peut être utilisée dans le traitement de la leucémie. Les pissenlits sont connus pour provoquer des réactions allergiques et une dermatite de contact due à ce composant toxique.

La tétrahydroidentine B est une autre lactone sesquiterpénique présente dans les pissenlits, étant un métabolite secondaire de la plante. On le trouve dans certaines boissons alcoolisées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.