Fibromes utérins Détectés par échographie et traités par Embolisation des fibromes utérins

Introduction des auteurs:

L’échographie est largement utilisée pour localiser et dimensionner les fibromes utérins. Selon la littérature récente, 20% des femmes de plus de trente-cinq ans développent des fibromes utérins. La plupart des femmes atteintes de fibromes ne développent pas de problèmes et cette croissance utérine anormale passe inaperçue. Cependant, il existe un certain pourcentage de femmes atteintes de fibromes qui souffrent de saignements vaginaux excessifs, de douleurs pelviennes et de crampes, de fausses couches répétées, de plénitude pelvienne et de fréquence des mictions.

Les progrès technologiques ont permis de traiter les femmes atteintes de fibromes sans avoir besoin de subir une hystérectomie ou une myomectomie. Cette nouvelle approche qui gagne en popularité comme alternative est connue sous le nom d’embolisation des fibromes utérins.

Cliquez ici pour regarder une présentation de KOMO TV 4, Seattle news sur l’émoblisation des fibromes.

est nécessaire pour visionner une vidéo en temps réel.

L’embolisation des fibromes consiste à bloquer le flux sanguin vers une partie de l’utérus. Cela se fait via un cathéter placé dans l’artère fémorale. En utilisant le guidage par fluoroscopie, le cathéter est guidé à travers une série de vaisseaux jusqu’à ce qu’il atteigne l’artère utérine. Une fois que le cathéter est dans l’artère utérine, une suspension de particules inertes de la taille d’un micron est injectée dans l’artère qui fournit du sang au fibrome. Le sang transporte les particules jusqu’à ce qu’elles se collent dans les petites branches artérielles, bloquant le flux sanguin vers le fibrome de manière permanente. Avec le temps, le fibrome se rétrécit du manque de flux sanguin. Cette technique implique moins de complications et de risques associés aux opérations chirurgicales majeures et, dans la plupart des cas, réduira ou arrêtera les saignements et la douleur ressentis par les femmes atteintes de fibromes. Cette procédure est réalisée sous anesthésie locale et sédation. Contrairement à la chirurgie, il n’y a pas de cicatrice, aucune chance de développement de tissu cicatriciel et aucun risque d’anesthésie générale.

Rapport de cas:

Une femme périménopausée de quarante-neuf ans a présenté à son médecin des saignements vaginaux intermittents excessifs, des douleurs pelviennes et un dysfonctionnement sexuel. Le patient a été référé à notre service d’échographie pour une évaluation plus approfondie. Une échographie pelvienne composée d’analyses transabdominales et transvaginales a été réalisée pour tenter d’identifier une cause de ses symptômes.

À l’examen échographique, un fibrome de 6,1 cm a été noté. Le patient a d’abord choisi de recevoir un traitement conservateur. Cependant, dans les mois qui ont suivi cet examen, les symptômes du patient ont commencé à s’aggraver et le patient a choisi de subir une embolisation du fibrome utérin.

Résultats de l’échographie:

L’échographie pelvienne initiale a montré un 6.myome utérin postérieur de 1 cm qui était principalement transmural, mais s’étendait à la région sous-muqueuse. Le myome a déplacé l’écho endométrial antérieurement, contribuant peut-être aux symptômes de ce patient. Les images ont été prises à la fois par voie transabdominale et par voie transvaginale.

Image(1a): Utérus sagittal et fibrome Image(1b): Transverse uterus and fibroid
Image (2a): Sagittal uterus and fibroid Image (2b): Transverse uterus and fibroid

A few months later this patient decided to undergo uterine fibroid embolization to shrink the fibroid. Le patient a été correctement préparé dans le laboratoire d’angiographie et le processus de cathétérisme et d’embolisation a commencé. Les artériogrammes suivants ont été pris tout au long de cette procédure.

Image (3a): cathétérisme et produit de contraste dans l’artère utérine gauche Image (3b): Post-embolisation de l’artère utérine gauche

Comme le montre l’image 3b, après l’embolisation, le flux sanguin vers le fibrome est diminué en raison des particules de la taille d’un micron qui ont été injectées dans l’artère utérine gauche.

Après l’achèvement du côté gauche, le processus a été répété pour le côté droit. Le cathétérisme a eu lieu via l’artère iliaque interne droite et les vaisseaux ont été cartographiés sous fluoroscopie jusqu’à ce que le cathéter ait atteint l’artère utérine droite.

Image (4a): Cathétérisme et produit de contraste dans l’artère utérine droite Image (4b): Post-embolisation de l’artère utérine droite

Après avoir réussi le processus d’embolisation des fibromes, la patiente a reçu des narcotiques intraveineux pour la douleur pelvienne qu’elle ressentait. Elle a été observée et surveillée en chirurgie le jour même pendant vingt-trois heures après l’intervention, puis a été libérée de l’hôpital et est rentrée chez elle. Les symptômes du patient se sont complètement résolus en un mois.

Quatre mois après l’embolisation des fibromes de l’artère utérine, la patiente a de nouveau été vue par notre service d’échographie. Lors de cette visite, il a été noté que ses symptômes cliniques s’étaient beaucoup améliorés. Une échographie pelvienne a été réalisée pour une évaluation de suivi du fibrome. Cette échographie a démontré un diamètre maximum de 4,1 cm pour le fibrome; cela représentait une diminution d’environ 33% de la taille du fibrome par rapport à l’étude échographique précédente de pré-embolisation. Le volume utérin global avait également diminué.

Image (5a): Sagittal uterus and fibroid Image (5b): Transverse uterus and fibroid
Image (6a): Sagittal uterus and fibroid Image (6b): Utérus transverse et fibrome

Lors de cet examen échographique, le fibrome a été noté comme étant hypovasculaire, ce qui a conduit à la conclusion que le processus d’embolisation avait réussi.

Image(7a): Image de flux de couleurs (b &w image). Image(7b): Doppler spectral du fibrome

Conclusion:

Nous pensons que l’embolisation des fibromes deviendra une alternative raisonnable pour le traitement chirurgical des femmes souffrant de fibromes utérins. Ce cas démontre que le processus d’embolisation diminue la taille d’un fibrome et peut soulager les symptômes qu’un patient peut ressentir. Il sera intéressant de voir si cette technique sera bénéfique pour plus de patients.

Remerciements des auteurs:

Un merci spécial à KOMO Channel 4, Seattle, pour la permission d’utiliser la bande vidéo préparée pour leur bulletin de nouvelles. Au Providence Medical Center, Seattle, Washington et au personnel du service d’échographie et de la suite d’angiographie. Aussi à Ann Polin et Joan P Baker du Programme d’échographie diagnostique du Collège communautaire de Bellevue, où Brooke Harris est actuellement stagiaire et a obtenu son diplôme en août 1999. Merci à Dusty Bauer pour l’examen de cette étude de cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.