De l’amiante au Chrysotile

Les produits d’amiante actuels sont aussi différents des anciens que la nuit et le jour. Aujourd’hui, un seul type d’amiante est offert : le chrysotile. De plus, l’industrie ne commercialise plus que des matériaux denses et non friables dans lesquels la fibre de chrysotile est encapsulée dans une matrice de ciment ou de résine. Ces produits modernes comprennent des matériaux de construction en chrysotile-ciment, des matériaux de friction, des joints et certains plastiques. Les anciens produits, principalement des matériaux isolants à faible densité, étaient très poussiéreux et s’effritaient sous la pression de la main. Contrairement aux produits d’aujourd’hui, ils contenaient souvent des fibres d’amphiboles (crocidolite et amosite).

Chrysotile: utilisation contrôlée = sécurité

Le chrysotile est un matériau moins poussiéreux et est plus facilement éliminé du corps humain que les amphiboles. La fabrication et l’utilisation de produits modernes sont sûres, comme l’ont démontré des études sur des travailleurs exposés à des niveaux de poussière beaucoup plus élevés que dans les usines contrôlées d’aujourd’hui qui ne montrent aucun excès de cancer du poumon ou de mésothéliome (cancer de la plèvre).

Il existe plus de preuves scientifiques montrant que le cancer du poumon induit par l’amiante, comme la fibrose (asbestose), est un phénomène de seuil. De plus, les études confirment que très peu de cas de mésothéliome ont été attribués de manière fiable au chrysotile, malgré les milliers de travailleurs qui, dans le passé, ont subi des expositions massives et prolongées. Les mésothéliomes liés à l’exposition à l’amiante sont associés aux fibres d’amphiboles.

On sait maintenant que dans les usines modernes de fabrication de chrysotile, aux niveaux actuels de poussière (0,5 à 1,0 fibre par mililitre), les risques éventuels sont si faibles qu’ils sont indétectables. C’est ce qu’on appelle un seuil pratique.

Chrysotile-ciment: un produit sûr et de haute qualité

90% de la production mondiale de chrysotile est utilisée dans la fabrication du chrysotile-ciment, sous forme de tuyaux, de feuilles et de bardeaux. Ces produits sont utilisés dans une soixantaine de pays industrialisés et en développement.

Le chrysotile-ciment est apprécié principalement pour son excellente rentabilité et sa durabilité. La fabrication de ce matériau ne nécessite l’importation que de petites quantités de fibres, les autres matières premières (ciment portland, eau) étant facilement disponibles localement. De plus, la technologie de fabrication nécessite peu d’investissements et consomme moins d’énergie que les méthodes de production des produits concurrents.

Selon un groupe d’experts convoqué par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS- Oxford, 1989), les produits contenant du chrysotile-ciment ne présentent aucun risque important pour la santé publique ou l’environnement. De plus, les travailleurs de cette industrie, qu’ils soient employés dans la fabrication, l’installation ou l’enlèvement de matériaux, ne sont exposés à aucun risque détectable lorsque des mesures de prévention et de contrôle efficaces sont appliquées.

Le vrai problème: des produits anciens et mal contrôlés

Des rapports alarmants sur l’augmentation des maladies liées à l’amiante, combinés à des inquiétudes sur la présence d’isolant en amiante dans les bâtiments, ont suscité une vive controverse en Europe, en particulier dans les pays du nord qui étaient de gros utilisateurs d’isolant en amiante friable.

En raison de la période de latence entre une exposition massive et l’apparition de maladies, il faudra encore de nombreuses années avant de voir les avantages pour la santé de l’interdiction des amphiboles et des produits d’amiante friables qui a commencé dans les années 70 et de la réglementation qui impose désormais des contrôles stricts en usine.

Les matériaux d’isolation en amiante friable sur place constituent-ils une menace pour la santé publique?

De nombreuses études sur des bâtiments contenant des matériaux isolants en amiante friables démontrent que les niveaux de poussière véhiculée par l’air dans ces bâtiments ne sont pas significativement différents de ceux de l’air ambiant extérieur (0,1 à 1 fibre/litre). En conséquence, l’Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis et les autorités gouvernementales de plusieurs pays ont donc conclu que, lorsqu’ils sont en bon état, ces matériaux ne posent pas de problème de santé aux occupants.

Cependant, des programmes de gestion, qui comprennent des inspections et des mesures correctives lorsque cela est nécessaire, sont recommandés pour les bâtiments contenant des matériaux isolants à base d’amiante. De plus, tous les agents d’entretien doivent avoir accès à un équipement de sécurité adéquat et recevoir une formation intensive et des programmes d’information pour s’assurer que les bonnes pratiques de travail sont suivies lors de la manipulation de ces matériaux. L’enlèvement de l’isolant en amiante doit être considéré comme une mesure de dernier recours et ne doit être entrepris que lorsque le matériau est irréparable ou lors de travaux de rénovation majeurs ou de démolition de bâtiments.

Désamiantage =danger

Interdire le chrysotile-ciment ne résoudra pas le problème de l’isolation friable des bâtiments. Cela peut cependant contribuer à une paranoïa publique injustifiée et à une précipitation à entreprendre des travaux d’enlèvement inutiles et potentiellement dangereux. Le désamiantage est une opération très coûteuse qui doit être menée par des entrepreneurs et des travailleurs hautement spécialisés. L’élimination précipitée de l’isolant en amiante augmente considérablement la probabilité que les contrôles ne soient pas appliqués de manière adéquate, ce qui permet une quantité excessive de poussière d’amiante en suspension dans l’air et présente un risque élevé non seulement pour les travailleurs, mais aussi pour les occupants du bâtiment. De plus, l’enlèvement peut créer un nouveau danger. Les produits de remplacement contiennent des fibres naturelles ou synthétiques qui peuvent également être dangereuses. Cependant, contrairement au chrysotile, peu de pays ont adopté des réglementations appropriées pour ces matériaux de substitution.

Utilisation contrôlée

Si le développement industriel contribue au bien-être de la société, il nous a également apporté de nombreux produits potentiellement dangereux que nous utilisons quotidiennement et qui sont bien plus dangereux que le chrysotile. Afin de bénéficier en toute sécurité de ces produits, nous introduisons des normes et développons des technologies et des méthodes de travail qui constituent ce que nous appelons un usage contrôlé. Le principe stipule que lorsque les risques associés à un produit ne peuvent pas être contrôlés, son utilisation doit être interrompue; c’était la raison pour laquelle il était interdit d’utiliser des fibres d’amiante amphibole et des produits d’amiante friables. Inversement, le chrysotile et ses produits non friables, comme le chrysotile-ciment, peuvent être utilisés en toute sécurité lorsqu’ils sont correctement contrôlés tout au long du cycle de vie du produit. Telle est la position adoptée par les gouvernements du Canada et du Québec, en ce qui concerne non seulement l’amiante chrysotile, mais aussi tous les minéraux et métaux.

VOIR AUSSI…
Chrysotile products

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.