Décrire la structure de l’ADN

L’ADN est la molécule à l’intérieur des cellules qui contient de l’information génétique, sous la forme d’une séquence de bases qui forment un code qui constitue une protéine. L’ADN est un polymère, ce qui signifie qu’il s’agit d’une macromolécule (grosse molécule) composée de nombreuses sous-unités répétitives appelées monomères. Dans le cas de l’ADN, les momomères sont appelés nucléotides et de nombreux nucléotides sont liés entre eux pour former une chaîne polynucléotidique. Chaque nucléotide est une molécule composée de trois unités individuelles: un groupe Phosphate, le désoxyribose de sucre pentose (cinq carbones) et une base contenant du nitogène. Il existe quatre types de bases nucléotidiques qui sont nommés différemment en raison de différences subtiles dans leur chimie. Ce sont l’adénine, la Guanine, la Cytosine et la Thymine. De nombreux mononucléotides se rejoignent pour former une chaîne polynucléotidique au moyen de liaisons phosphodiester, qui se forment entre le groupe phosphate d’un nucléotide et le groupe désoxyribose d’un autre. La base sort alors de cette colonne vertébrale phosphate-sucre. Cependant, la chaîne polynucléotidique seule ne suffit pas à former de l’ADN, car la structure des molécules d’ADN est celle d’une double hélice composée de deux chaînes polynucléotidiques (doubles) enroulées l’une autour de l’autre en forme d’hélice (hélice). Les deux chaînes sont jointes par des liaisons hydrogène qui se forment entre des paires de bases complémentaires. Le mot complémentaire fait ici référence au fait que les bases qui ne s’apparieront qu’avec une autre base: l’adénine ne s’appariera qu’avec la Thymine (au moyen de deux liaisons hydrogène) et la Cytosine ne s’appariera qu’avec la Guanine (au moyen de trois liaisons hydrogène).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.