Citez Cet article

Informations sur le journal

Plus que la philologie humaine est essentielle pour garder les classiques comme force vive. Arion existe donc pour publier le travail qui doit être fait et qui autrement pourrait ne pas être fait. Nous voulons stimuler, provoquer, voire « planter  » un travail qui ne trouve plus d’encouragement ni de foyer agréable ailleurs. Cela signifie nager contre le courant dominant, résister aux extrêmes de la philologie conventionnelle et de la mode critique dans laquelle la profession est maintenant polarisée. Mais l’occupation de ce centre vital ne doit en aucun cas empêcher le mouvement centrifuge crucial qui peut nous conduire au-delà des lignes disciplinaires et au-delà de l’académie. Notre engagement est en faveur d’un pluralisme authentique et généreux qui ouvre plutôt que polarise les études classiques. Nous ne serons pas contraints de nous conformer ni aux paradigmes traditionnels ni au « nouveau » absolutisme métaphysique et idéologique de la théorie contemporaine. Si nous voulons aller au-delà du chant des « ismes » qui dominent maintenant l’académie, il faut de l’audace intellectuelle, pas de la méfiance disciplinaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.