Champignon Chaga

Paring Bao, MD, DABMA, MS et Jyothirmai Gubili, MS
10 juillet 2019

Publicité

Obtenir l'autorisation

La série d’oncologie intégrative de l’ASCO Post est destinée à faciliter la disponibilité de information fondée sur des données probantes sur les thérapies intégratives et complémentaires parfois utilisées par les patients atteints de cancer. Dans cet article,ing Bao, MD, DABMA, MS et Jyothirmai Gubili, MS, explorent les résultats de recherche actuels concernant les effets antioxydants et immunostimulants du champignon chaga, disponible sous forme de thés et d’extraits. Ils notent que des essais cliniques sont nécessaires pour confirmer de tels effets.

ing Bao, MD, DABMA, MS

ing Bao, MD, DABMA, MS

Jyothirmai Gubili, MS

Jyothirmai Gubili, MS

Nom scientifique: Inonotus obliquus

Noms communs: Conque de cendre, conque de bouleau, polypore de clinker

Aperçu

Répandu dans les climats froids, le champignon chaga pousse sur le bouleau et d’autres arbres. Il a été utilisé comme remède populaire en Russie, dans les pays baltes et dans d’autres pays d’Europe du Nord pour traiter diverses affections, notamment les troubles du système digestif, les ulcères et le cancer. La partie utilisée en médecine, connue sous le nom de conk, est constituée de bois provenant de l’arbre substrat et du mycélium du champignon envahissant.

Bien que comestible, le champignon chaga n’est pas couramment consommé en raison de sa nature amère. Au lieu de cela, le thé à base de champignons entiers est plus populaire. Les extraits de Chaga sont également commercialisés sous forme de suppléments sous forme de capsules, de comprimés et de thés pour leurs effets antioxydants et immunostimulants. Des efforts sont en cours pour développer des substituts cultivés du chaga sauvage en raison de la surexploitation des réserves naturelles.1

Les patients et les équipes soignantes doivent être conscients du risque possible de néphropathie associé à l’utilisation du champignon changa et à ses interactions avec des médicaments antiplaquettaires ou anticoagulants ainsi qu’avec des agents hypoglycémiants.

La science

Les composés bioactifs isolés du chaga comprennent les polysaccharides, les terpénoïdes, les lignanes ainsi que les acides oxalique, gallique, protocatéchuique et p-hydroxybenzoïque. Chaga a démontré des propriétés antitumorales, 2 antimutagènes, 3 antivirales, 4 antiplaquettaires, 5 antidiabétiques, 6 immunomodulatrices, 7 anti-inflammatoires et analgésiques in vitro.8

Des études sur des modèles murins indiquent qu’un extrait de chaga (0,1, 1,0 et 10,0 mg, administré par voie orale une fois par jour pendant 21 jours; 20 µg ou 200 µg, administré par voie intrapéritonéale aux jours 0 et 21) inhibait le choc anaphylactique systémique induit par les allergènes. Des réductions significatives ont été observées dans la production d’immunoglobulines E (P<.01), l’administration intrapéritonéale étant plus efficace que la voie orale.9

Jun J. Mao, MD, MSCE

Jun J. Mao, MD, MSCE

Un autre extrait oral (50 et 100 mg / kg administrés pendant 7 jours) a considérablement amélioré l’apprentissage et la mémoire (P <.01) chez des souris amnésiques induites par la scopolamine, probablement grâce à sa propriété antioxydante et également en inhibant l’acétylcholinestérase.10

Et dans un modèle expérimental de colite, des doses similaires de 50 mg / kg et de 100 mg / kg, deux fois par jour, pendant 14 jours ont montré des effets anti-inflammatoires en supprimant les médiateurs inflammatoires facteur de nécrose tumorale alpha et NO synthase inductible avec l’interleukine–1 bêta.11

RÉDACTEUR INVITÉ

L’oncologie intégrative est éditée par Jun J. Mao, MD, MSCE, Laurance S. RockefellerChair en médecine intégrative et Chef du Service de médecine intégrative au MemorialSloan Kettering Cancer Center, New York.

Les polysaccharides de Chaga (0, 100, 200 et 300 mg / kg / j par voie orale pendant 14 jours) ont également atténué la fatigue chez les souris en améliorant le temps de nage et la teneur en glycogène du foie et des muscles, tout en diminuant les niveaux sanguins d’acide lactique et d’azote uréique sérique.12 De plus, ces polysaccharides (à une dose de 50 mg / kg par voie orale, une fois par jour, pendant 4 semaines) ont diminué la glycémie à jeun, amélioré le glycométabolisme et régulé les cytokines inflammatoires chez les souris diabétiques induites par la streptozotocine, via la modulation du stress oxydatif et des facteurs inflammatoires.13

Le Chaga a également été évalué pour son potentiel anticancéreux. Ses extraits ont démontré des propriétés inhibitrices et proapoptotiques contre les cellules cancéreuses du colon14 et de l’hépatome15. L’inotodiol, un triterpénoïde dérivé du chaga, a présenté des effets antitumoraux sur les cellules cancéreuses du col de l’utérus16, réduit la toxicité associée au rayonnement17 et inhibe la croissance cellulaire du mélanome dans les modèles murins.18 Études mécanistiques ont révélé que les effets inhibiteurs du chaga sur les cellules cancéreuses colorectales étaient dus à une régulation négative de la voie de la bêta-caténine.19
L’inotodiol a inhibé la prolifération et induit une apoptose dans les cellules cancéreuses du col de l’utérus via une augmentation de l’expression de Bax, une diminution de la Bcl-2, une régulation négative de la cycline E et une régulation positive de la p27.16

Les résultats d’une petite étude clinique suggèrent que le chaga pourrait inhiber le stress oxydatif. Un extrait, à des doses variables de 10 mg/mL à 500 mg/mL, a montré une diminution des dommages à l’ADN induits par le peroxyde d’hydrogène dans les lymphocytes périphériques dérivés d’individus sains (n = 20; P<.001) et ceux atteints d’une maladie inflammatoire de l’intestin (n = 20; P<.001).20 Des essais cliniques randomisés plus importants sont nécessaires pour déterminer l’importance de ces résultats.

Effets indésirables

Dans un seul rapport de cas, une néphropathie à l’oxalate a été associée à l’ingestion de poudre de champignon chaga (4 à 5 cuillères à café par jour pendant 6 mois), chez une femme de 72 ans atteinte d’un cancer du foie.21

Interactions Herbes-médicaments

Médicaments antiplaquettaires ou anticoagulants : L’extrait de Chaga inhibe l’agrégation plaquettaire dans un modèle murin.5 Il peut également avoir des effets synergiques lorsqu’il est utilisé avec des médicaments anticoagulants / antiplaquettaires. Cependant, la pertinence clinique de ces résultats n’est pas connue.

hypoglycémiants: In vitro, le chaga a eu des effets additifs sur l’abaissement de la glycémie.6 Encore une fois, la signification clinique de cette découverte est encore inconnue.

Résumé

Le thé et les extraits de champignons Chaga ont été commercialisés pour leurs effets antioxydants et immunostimulants, principalement étayés par des études in vitro et in vivo. Cependant, des essais cliniques sont nécessaires pour confirmer ces effets. Les patients et les équipes soignantes doivent être conscients du risque possible de néphropathie associé à l’utilisation de chaga et à ses interactions avec des médicaments antiplaquettaires ou anticoagulants ainsi qu’avec des agents hypoglycémiants. ■

DIVULGATION : Le Dr Bao faisait partie du conseil consultatif de l’Eisai. Mme Gubili n’a signalé aucun conflit d’intérêts.

1. Sun Y, Yin T, Chen XH, et al.: Caractérisation in vitro de l’activité antitumorale et de la structure d’extraits d’éthanol de champignon médicinal Chaga sauvage et cultivé, Inonotus obliquus (Comm.: Fr.) Pilat (Aphyllophoromycetideae). Int J Med Champignons 13:121-130, 2011.

2. Ning X, Luo Q, Li C, et al: Effets inhibiteurs d’un extrait de polysaccharide du champignon médicinal Chaga, Inonotus obliquus (Basidiomycètes supérieurs), sur la prolifération des cellules de neurogliocytome humain. Int J Med Champignons 16:29-36, 2014.

3. Ham SS, Kim SH, Moon SY, et al: Effets antimutagènes des sous-fractions de l’extrait de champignon Chaga (Inonotus obliquus). Mutat Res 672:55-59, 2009.

4. Pan HH, Yu XT, Li T, et autres: L’extrait aqueux d’un champignon médicinal Chaga, Inonotus obliquus (Basidiomycètes supérieurs), empêche l’entrée du virus de l’herpès simplex en inhibant la fusion membranaire induite par le virus. Int J Med Champignons 15:29-38, 2013.

5. Hyun KW, Jeong SC, Lee DH, et al: Isolement et caractérisation d’un nouveau peptide inhibiteur de l’agrégation plaquettaire à partir du champignon médicinal, Inonotus obliquus. Peptides 27:1173-1178, 2006.

6. Ying YM, Zhang LY, Zhang X, et al: Terpénoïdes à activité inhibitrice de l’alpha-glucosidase provenant de la culture immergée d’Inonotus obliquus. Phytochimie 108:171-176, 2014.

7. Ko SK, Jin M, Pyo MY: Les extraits d’Inonotus obliquus suppriment la production d’gE spécifiques à l’antigène par la modulation des cytokines Th1/Th2 chez des souris sensibilisées à l’ovalbumine. J Ethnopharmacol 137:1077-1082, 2011.

8. Park YM, Won JH, Kim YH et al: Effets anti-inflammatoires et anti-nociceptifs In vivo et in vitro de l’extrait méthanol d’Inonotus obliquus. J Ethnopharmacol 101:120-128, 2005.

9. Yoon TJ, Lee SJ, Kim EY et al: Effet inhibiteur de l’extrait de champignon chaga sur le choc anaphylactique induit par le composé 48/80 et la production d’gE chez la souris. Int Immunopharmacol 15:666-670, 2013.

10. Giridharan VV, Thandavarayan RA, Konishi T: Amelioration of scopolamine induced cognitive dysfunction and oxidative stress by Inonotus obliquus. Food Funct 2:320-327, 2011.

11. Mishra SK, Kang JH, Kim DK, et al: Orally administered aqueous extract of Inonotus obliquus ameliorates acute inflammation in dextran sulfate sodium (DSS)-induced colitis in mice. J Ethnopharmacol 143:524-532, 2012.

12. Yue Z, Xiuhong Z, Shuyan Y, et al: Effect of Inonotus obliquus polysaccharides on physical fatigue in mice. J Tradit Chin Med 35:468-472, 2015.

13. Wang J, Hu W, Li L, et al: Activités antidiabétiques de polysaccharides séparés d’Inonotus obliquus via la modulation du stress oxydatif chez des souris atteintes de diabète induit par la streptozotocine. PLoS One 12: e0180476, 2017.

14. Lee HS, Kim EJ, Kim SH: L’extrait éthanol d’Inonotus obliquus (champignon Chaga) induit l’arrêt du cycle cellulaire G1 dans les cellules cancéreuses du côlon humain HT-29. Nutr Res Pract 9:111-116, 2015.

15. Youn MJ, Kim JK, Park SY, et al: Le champignon Chaga (Inonotus obliquus) induit l’arrêt G0 / G1 et l’apoptose dans les cellules hépatomes humaines HepG2. Monde J Gastroentérol 14:511-517, 2008.

16. Zhao LW, Zhong XH, Yang SY, et al: L’inotodiol habite la prolifération et induit l’apoptose en modulant l’expression de la cycline E, p27, bcl-2 et bax dans les cellules HeLa du cancer du col utérin humain. Asiatique Pac J Cancer Précédent 15: 3195-3199, 2014.

17. Rasina LN: Effet de la cryosubstance Chagi sur le dépôt ou l’isolement de 90Sr et sur l’effet d’une exposition externe prolongée au rayonnement gamma. Radiats Biol Radioecol 42:399-403, 2002.

18. Youn MJ, Kim JK, Park SY, et coll.: Propriétés anticancéreuses potentielles de l’extrait aqueux d’Inonotus obliquus par induction de l’apoptose dans les cellules du mélanome B16-F10. J Ethnopharmacol 121:221-228, 2009.

19. Kang JH, Jang JE, Mishra SK et al: Le peroxyde d’ergostérol du champignon Chaga (Inonotus obliquus) présente une activité anticancéreuse par régulation négative de la voie de la ß-caténine dans le cancer colorectal. J Ethnopharmacol 173:303-312, 2015.

20. Najafzadeh M, Reynolds PD, Baumgartner A, et al: L’extrait de champignon Chaga inhibe les dommages oxydatifs de l’ADN dans les lymphocytes de patients atteints de maladie inflammatoire de l’intestin. Biofacteurs 31:191-200, 2007.

21. Kikuchi Y, Seta K, Ogawa Y, et al: néphropathie à l’oxalate induite par le champignon Chaga. Clin Nephrol 81:440-444, 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.